The Yardbirds et ses trois guitaristes… d’un mythe à l’autre !

The Yardbirds, un nom qui, 55 ans après ses débuts, résonne encore aujourd’hui comme un véritable mythe des sixties. En 1963 la perfide Albion n’est qu’à l’aube de son apogée musical lorsque 5 étudiants forment ce groupe mythique.
Maillon essentiel dans l’explosion du blues dans les années 60, les Yardbirds tentent de faire connaître au public anglais le blues électrique américain.
Leur nom, qui fait référence à l’un des plus grands jazzmen de l’histoire, révèle également l’intérêt que porte ces jeunes anglais à la culture américaine, celle qui a vu naître le mouvement littéraire le plus subversif des années 50.

Pourquoi ce groupe est-il devenu un mythe pour les aficionados du rock des premières heures ? La réponse en 3 noms : Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page !

Octobre 63, le guitariste Anthony Topham quitte le groupe. Il est remplacé par l’un des guitaristes les plus en vue de la scène londonienne. Alors étudiant en art du vitrail au collège de Kingston, celui qui se fera appeler “Slow hand” par leur manager Giorgio Gomelsky, intègre les Yardbirds en y apportant un jeu virtuose, brut et expressif.

VOIR LA VIDÉO POUR LA SUITE…


Lien externe pour que Google (dont nous sommes les pantins) soit content :
https://www.telerama.fr/musique/the-yardbirds-1,89656.php

Lien interne pour que Google soit encore plus content :
https://cacestdurock.com/is-this-it-strokes/

4 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *