JIMI HENDRIX et ERIC CLAPTON, la première rencontre !

Hendrix et Clapton, deux hommes qu’une seule chose ne sépare, l’océan Atlantique. Le premier est américain, le second est anglais. Tout était réuni pour qu’ils se rencontrent un jour et en premier lieu cet amour inconditionnel pour le blues. Tous deux ont pris comme exemple à suivre les Robert Johnson, Muddy Waters et autre Howlin’ Wolf.

Le lieu du crime se trouve à Londres, qui en 66 connaît un apogée culturel sans précédent. La mode, l’art et la musique sont en pleine révolution et la ville en est la vitrine internationale.
Ces nouveaux groupes reprennent les standards de blues, de Rhythm & blues et de Rock & roll américains, et en les remettant au goût du jour ils viendront à créer leurs propres styles et courants. À cette époque, dans la capitale anglaise, personne ne sait qu’outre-Atlantique sommeille encore l’héritier absolu de ces mythes et celui qui par son génie va synthétiser le tout.

De l’autre côté, au-delà des grands espaces américains, James Marshall Hendrix, tout juste sorti de l’armée, commence a sillonner le pays depuis Seattle pour accompagner les orchestres de têtes d’affiche de Rhythm & blues que sont Little Richard, Wilson Pickett ou encore les Isley Brothers.
Cette année-là, le destin du jeune Hendrix bascule le jour où Linda Keith, alors petite-amie de Keith Richards, le voit jouer dans un club new-yorkais.

VOIR LA VIDÉO POUR LA SUITE…

Lien externe pour que Google (dont nous sommes les pantins) soit content :
https://www.guitare-live.com/magazine/23/jimi-hendrix-et-eric-clapton-entre-amitie-et-rivalite/338/1/

Lien interne pour que Google soit encore plus content :
https://cacestdurock.com/mod-the-who

1 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • De ce que j’ai cru en comprendre dans ses écrits, c’est que Clapton, quand il a accepté de laisser jouer ce “p’tit jeune” a été pris de court par l’énormité de son talent. Il était surtout en colère d’avoir été pris par surprise, je pense. Je comprends cette sensation d’avoir été “trahi” et mis au pied du mur. Je pense qu’il aurait accepté le génie d’Hendrix de suite s’il y avait eu une présentation, répétition, etc… Il serait monté sur scène en connaissance de cause… Mais, avec Clapton, je ne suis pas toujours objectif, j’avoue…

    Bravo pour ton boulot. 😉 J’espère arriver à faire ce genre de récits dans mon boulot, un jour…